Le péché originel

Conséquences du premier péché

Quel est l’état spirituel de l’enfant qui vient de naître? Porte-t-il des effets de ce qu’on a l’habitude d’appeler « le péché originel » (le péché commis par Adam et Ève dans le jardin d’Éden) ? De fausses réponses à cette question influencent les pratiques et les doctrines de beaucoup d’Églises, qu’elles soient catholiques, protestantes, orthodoxes, ou autres.

Le baptême des enfants

Beaucoup ont enseigné que l’enfant vient dans le monde déjà souillé, ayant hérité ce « péché originel » de ses parents, qui à leur tour l’avaient hérité de leurs parents. La culpabilité et la condamnation seraient ainsi transmises à tout être humain depuis ce premier couple que Dieu a créé jusqu’à nos jours. L’idée du « péché originel » est à l’origine de la pratique du baptême des nouveaux-nés. Puisque l’enfant serait dès sa naissance un pécheur, spirituellement mort, il aurait besoin du baptême, même s’il n’était pas capable de le demander. Un prêtre catholique au Cameroun a justifié ainsi cette pratique : « L’enfant n’a pas choisi le péché originel, et le diable ne lui a pas demandé son avis avant de lui le donner. Il n’a pas dit : Je te donnerai le péché originel quand tu seras capable de choisir… Dieu, de la même manière, peut donner sa grâce à un enfant sans son consentement. Certains parents disent à leur enfant qu’il aura la vie divine quand il sera grand, que c’est lui qui va choisir. N’est-ce pas ces mêmes parents qui ont décidé de lui donner la vie humaine sans son consentement ? Pourquoi faut-il le consentement pour la vie divine, infiniment plus importante que la vie humaine ? » (La faute de raisonnement dans cette citation est qu’en traitant le baptême des enfants l’auteur suppose que la question du péché originel est déjà réglée ; il traite comme une vérité évidente l’idée que le diable puisse « donner » le péché à un bébé. Mais le principe que le péché souille dès la naissance doit être vérifié à la lumière de la Bible avant d’être admis.)

L’immaculée conception

La doctrine du péché originel posait un problème logique aux théologiens : si nous naissons tous souillés par le péché de nos premiers parents, Jésus-Christ n’aurait pas pu être le sacrifice « sans défaut » pour nous sauver. Sous la Loi de Moïse, le sang offert en sacrifice devait être celui d’une bête en bonne santé, sans défaut (Lévitique 22.18-20; Nombres 6.14; Deutéronome 15.21; etc.). Jésus s’est offert et nous a rachetés par son sang, « le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tâche » (1 Pierre 1.19). Le défaut qui aurait disqualifié Jésus, c’est le péché; mais il n’en avait pas. « Jésus a paru pour ôter les péchés, et il n’y a point en lui de péché » (1 Jean 3.5). « Lui qui n’a point commis de péché… a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois » (1 Pierre 2.22-24). (Voir aussi 2 Corinthiens 5.21.) Il fallait que Jésus soit sans péché afin de pouvoir porter les nôtres. Mais si le péché est hérité, s’il se transmet d’une génération à l’autre par la simple naissance, Jésus lui-même en aurait été souillé par sa mère, Marie. Même si Marie n’avait pas personnellement commis du péché (ce que la Bible n’affirme nulle part), elle aurait été, selon cette doctrine, contaminée par le péché originel depuis sa naissance et transmettrait cette même souillure à ses enfants, y compris Jésus. C’est ainsi qu’on a inventé une doctrine dont la Parole de Dieu ne dit absolument rien : la conception immaculée. Beaucoup pensent que cette expression se réfère au miracle par lequel Marie, étant vierge, devint enceinte sans avoir des rapports sexuels. En fait, ce dogme catholique se rapporte à la conception de Marie elle-même dans le ventre de sa mère. Marie aurait été conçue de telle sorte qu’elle ne soit pas souillée par le péché originel. Marie, et plus tard Jésus, aurait ainsi été les seules personnes à naître dans le monde dans un état de pureté. Encore, aucun verset de la Bible ne traite ni de la conception ni de la naissance de Marie.

Que penser donc du péché originel ? Est-ce que le péché héréditaire existe et justifie donc le baptême des nouveaux-nés et la doctrine de l’immaculée conception ?

Chacun rendra compte pour lui-même

Un premier problème en ce qui concerne l’idée répandue du péché originel hérité, c’est qu’elle est en conflit avec un principe enseigné tout au long de la Parole de Dieu: la responsabilité individuelle. Il est vrai que mes actions peuvent avoir des effets négatifs dans la vie d’autres personnes, mais ces personnes ne sont pas jugées ou condamnées pour mes péchés.

En Ézéchiel 18, le prophète répond au peuple qui, puni par Dieu, essayait de rejeter la faute sur leurs ancêtres. « Pourquoi dites-vous ce proverbe dans le pays d’Israël : Les pères ont mangé des raisins verts, et les dents des enfants en ont été agacées ? Je suis vivant! dit le Seigneur, l’Éternel, vous n’aurez plus lieu de dire ce proverbe en Israël. Voici, toutes les âmes sont à moi; l’âme du fils comme l’âme du père, l’une et l’autre sont à moi; l’âme qui pèche, c’est celle qui mourra… Le fils ne portera pas l’iniquité de son père, et le père ne portera pas l’iniquité de son fils. La justice du juste sera sur lui, et la méchanceté du méchant sera sur lui » (Ézéchiel 18.2-4,20). Dieu avait enseigné ce même principe de justice dans la loi de Moïse : « On ne fera point mourir les pères pour les enfants, et l’on ne fera point mourir les enfants pour les pères; on fera mourir chacun pour son péché » (Deutéronome 24.16).

Ce principe fondamental de la justice ne s’applique pas seulement dans la vie sur terre ; Dieu nous dit clairement et à maintes reprises qu’il agira selon le même principe d’équité au dernier jugement.

Romains 14.12 dit simplement : « Ainsi chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même » (et non, évidemment, pour Adam et Ève).

Deux Corinthiens 5.10 énonce le même principe : « Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps. » (Remarquez que tout en enseignant que nous serons jugés selon nos actions au lieu des décisions de nos parents ou de nos enfants, ce verset précise que le jugement de chacun concerne ce qui s’est fait quand il était « dans son corps », donc avant sa mort. La prière pour les morts est donc inutile pour deux raisons.)

Jésus, pour sa part, affirme cette même vérité en Matthieu 16.27 : « Car le Fils de l’homme doit venir dans la gloire de son Père avec ses saints anges; et alors il rendra à chacun selon ses œuvres. »

Citons enfin ces versets qui expriment la même idée en termes de semailles et de moisson : « Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption; mais celui qui sème pour l’Esprit moissonnera de l’Esprit la vie éternelle » (Galates 6.7,8).

En parlant du dernier jugement, la Bible ne dit nulle part que Dieu condamnera un enfant pour le péché d’Adam. Selon les versets que nous venons de voir, la seule personne qui rendra compte pour le péché d’Adam, c’est Adam lui-même.

Son sang nous purifie de tout péché

Avant de laisser l’idée que le péché pourrait se transmettre lors de la conception et la naissance d’un enfant, réfléchissons à ceci : La Bible dit en Éphésiens 1.7 qu’en Christ « nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce. » L’apôtre Jean dit à ses frères en Christ : « Si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché » (1 Jean 1.7). Une femme qui est en Christ et qui « marche dans la lumière » serait en communion avec Dieu et avec son Église et purifiée de tout péché. Même si l’on pouvait hériter le péché, comment une femme ainsi purifiée pourrait-elle transmettre une souillure quelconque à son enfant ?

D’où vient l’idée du péché originel ?

Pour ne pas être injustes, reconnaissons qu’il y a un texte biblique qui, à premier abord, semble soutenir la conception du péché originel que nous mettons en doute. Il s’agit de Romains 5.12-21, et notamment les versets 12 et 19:  « C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché,… Car, comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes. »

Notons premièrement certains éléments-clés qui ne paraissent pas du tout dans ce texte : Il ne mentionne ni les enfants, ni la conception ni la naissance ni la transmission du péché de la mère à l’enfant.

Rappelons-nous ensuite le contexte de ces versets dans le cadre de l’Épître aux Romains, dans laquelle Paul répond à la question: Comment l’homme peut-il être juste devant Dieu? L’apôtre met l’accent sur ce que Dieu fait pour nous sauver et sur l’impossibilité pour l’homme de se sauver lui-même par ses propres efforts sans l’intervention de Dieu. Paul consacre la plus grande partie des trois premiers chapitres à prouver que tous les hommes étaient sous la condamnation de Dieu, des objets de sa colère légitime, à cause de leurs péchés: idolâtrie, perversions sexuelles, orgueil, amour de l’argent, ruse, ingratitude, rébellion envers leurs parents, manque de miséricorde, hypocrisie, etc. Il démontre que les Juifs aussi bien que les païens commettaient ces péchés et conclut que «tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » (Rom. 3.23). (On se demande pourquoi Paul se donne la peine de prouver que tous les hommes font du mal et omettent souvent de faire le bien qu’ils devraient faire s’il les considère pécheurs par le simple fait de naître dans le monde, souillés dès le départ par l’acte de leurs premiers ancêtres.)

Paul passe ensuite à une explication et défense de l’Évangile, qu’il a déjà appelé au 1.16 « la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit ». Cet Évangile nous apprend que par la mort de Christ sur la croix, Dieu a payé notre dette, puni notre péché et ainsi satisfait aux demandes de la justice divine. Pour en bénéficier, le pécheur doit manifester une foi obéissante. Il est incapable d’offrir à Dieu une vie parfaite qui mérite le bonheur éternel; il doit humblement accepter, par la foi en Christ, le don que Dieu lui offre. Comme Abraham démontrait sa foi en obéissant à l’ordre de quitter sa patrie et plus tard à l’ordre d’offrir en sacrifice son fils, Isaac, le pécheur démontre sa foi par ses actions. Dieu sauve les hommes, non pas sur la base de la circoncision ou l’observance de la Loi de Moïse, mais sur la base de la foi en Christ. Au chapitre 5 Paul explique les effets merveilleux de la justification que nous avons à cause de Christ, tels que la paix avec Dieu, l’espérance de la gloire, la consolation dans les afflictions, la certitude de l’amour de Dieu, et la joie.  Puis il nous assure que la justification en Christ est plus que suffisante pour annuler les effets du péché d’Adam.

Quels sont les effets du péché d’Adam? Dieu avait dit à Adam, concernant l’arbre dont le fruit était défendu: « le jour où tu en mangeras, tu mourras » (Genèse 2.17). Après le péché d’Adam, deux sortes de  mort sont venues : la mort spirituelle (la séparation d’avec Dieu) et la mort physique. Adam et Ève furent bannis du jardin où ils avaient joui de la communion avec leur Créateur, et le processus de la mort physique s’est mis en marche dans leurs corps. Depuis ce jour, nous sommes tous destinés à mourir physiquement, quelles que soient notre justice ou notre méchanceté.  Nous subissons les conséquences du péché d’Adam, tout comme les hommes souffrent certains maux tous les jours à cause des méfaits de leurs prochains ou de leurs prédécesseurs. La mort physique vient uniquement de la faute d’Adam – des bébés meurent, mais cela n’a rien à voir avec leur moralité. La mort spirituelle, par contre, est attribuée dans la Bible à la désobéissance de chaque personne individuellement (Ephésiens 2.1 – nous étions morts par nos offenses, pas celles d’autrui.)

Au chapitre 7 nous avons un autre indice que l’être humain n’entre pas dans le monde déjà condamné. Dans ce passage Paul détaille le rôle de la Loi de Moïse dans l’emprise du péché sur les hommes (ayant dit dans les premiers versets que le chrétien est libéré de cette ancienne loi). Bien qu’elle soit sainte et bonne, la loi aggravait, à cause de la faiblesse humaine, la situation en ce qui concerne le péché. « Pour moi, étant autrefois sans loi, je vivais; mais quand le commandement vint, le péché reprit vie, et moi je mourus » (Romains 7.9). Paul pense à un temps où il était «sans loi», inconscient de péché, pas encore condamné à la mort. Apparemment ce temps était l’enfance, avant qu’il ne soit responsable devant la loi, avant qu’il n’en ait connaissance, avant qu’il ne soit condamné par elle. Quand, arrivé à un certain âge, il fut instruit dans la loi et mis devant sa responsabilité envers elle, («le commandement vint»), le péché «reprit vie.» Il se manifesta concrètement dans la violation des commandements, et Paul mourut spirituellement.

Qu’est-ce que Paul veut dire alors, quand il dit en Romains 5.19 : « Par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs » ? Étant donné que, comme nous l’avons vu à maintes reprises, « chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même », il ne veut pas dire que Dieu nous déclare coupables d’un acte que nous n’avons pas commis et n’avions aucun moyen d’empêcher – ce serait contraire à sa justice. Mais comment avons-nous été « rendu pécheurs » par le mauvais choix d’Adam ? On peut certainement constater que depuis Adam, chaque personne naît dans un monde où l’humanité entière (toutes les personnes responsables de leurs actes) est pécheresse. Instruits par des exemples imparfaits, voire corrompus, tous continuent dans le même chemin. Quand David dit en Psaume 51.7, «Voici, je suis né dans l’iniquité, et ma mère m’a conçu dans le péché, » il veut dire simplement qu’il est né dans un monde où le péché l’entourait; c’est pas qu’en tant que nourrisson il s’est mis déjà dans la danse. Il est intéressant de noter qu’une traduction littérale d’Actes 2.8 dit : « Comment entendons-nous, chacun dans notre propre dialecte, dans lequel nous sommes nés ? ». On est « né dans une langue ». Évidemment, l’enfant ne parle pas dès qu’il sort du sein maternel, mais il est entouré d’une langue, et c’est cette langue qu’il apprendra à parler. De même, grâce à Adam et Ève, nous naissons dans un monde empreint du péché. Nous suivons l’exemple de ceux qui nous entourent dès notre enfance. Qui de nous se rappelle le premier péché qu’il a vu ou qu’il a commis ?

Il a aussi été suggéré que « Par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs » se réfère à l’idée que tous les êtres humains portent l’étiquette de « pécheur » parce qu’ils subissent tous la punition que le péché a fait venir dans le monde (la mort physique). De la même manière, Jésus porte l’étiquette de « maudit » selon Galates 3.13 : « Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous, – car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois. » Christ n’est pas appelé maudit parce qu’il a fait quelque chose de « maudissable », mais parce qu’il a subi le châtiment d’un homme maudit – Deutéronome 21.22,23. La mort est le salaire du péché, et nous recevons tous ce salaire.

Mais pour revenir à l’argument de Paul en Romains 5, le sacrifice de Jésus est suffisant pour annuler tous les effets du péché d’Adam. La mort physique ? « Puisque la mort est venue par un homme, c’est aussi par un homme [Jésus] qu’est venue la résurrection des morts » (1 Corinthiens 15.21). La mort spirituelle ? « Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ » (Éphésiens 2.4,5). Cette vie est offerte à tous les hommes qui remplissent la condition d’une « foi qui est agissante par l’amour » (Galates 5.6). « Je vous ai écrit ces choses afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu » (1 Jean 5.13). Les petits enfants qui ne sont pas encore capables de croire ne sont pas concernés par cet offre de la vie, car ils ne sont pas encore morts spirituellement. Ils n’ont pas commis de péché et ne sont coupables de rien.   

Ainsi, les bébés n’ont pas besoin du baptême, et Marie n’avait pas besoin d’une « immaculée conception ». En réalité, toute personne bénéficie d’une immaculée conception, étant née dans un état de parfaite pureté. Dieu, «  le Père des esprits » (Héb. 12.9), de qui nous recevons « toute grâce excellente et tout don parfait » (Jacques 1.17) ne donne pas au nouveau-né une âme déjà souillée (Éccl 12.9). Répétons-le : « Le fils ne portera pas l’iniquité de son père, et le père ne portera pas l’iniquité de son fils. La justice du juste sera sur lui, et la méchanceté du méchant sera sur lui » (Ézéchiel 18.20).

B.B.

Le baptême des enfants

Compte tenu de l’innocence des enfants qui viennent de naître, la justification traditionnelle du baptême des nouveaux-nés n’est pas valable. Voilà pourquoi nous ne voyons aucune trace de cette pratique dans le Nouveau Testament, où le baptême est toujours accompagné de la foi (Marc 16.16; Actes 18.8; etc.). Il est précisé en Actes 8.12 que « hommes et femmes se firent baptiser ». Quand l’eunuque éthiopien demanda à Philippe « qu’est-ce qui empêche que je sois baptisé ? Philippe dit : Si tu crois de tout ton cœur, cela est possible » (Actes 8.36,37). Évidemment il n’était pas autorisé de baptiser celui qui ne croyait pas.

Les défenseurs du baptême des enfants citent les conversions de familles entières – il y en a trois dans les Actes : Corneille (10.44-46), Lydie (16.14,15) et le geôlier philippien (16.32-34). Ils nous disent qu’il y avait sûrement des enfants dans ces familles et que ces enfants ont donc été baptisés. Mais dans le cas de la famille de Corneille, le texte parle explicitement de « ceux qui écoutaient la parole ». Pour ce qui est du geôlier, il est dit que Paul et Silas « lui annoncèrent la parole du Seigneur, ainsi à tous ceux qui étaient dans sa maison », et après le baptême, « il se réjouit avec toute sa famille de ce qu’il avait cru en Dieu ». Est-ce que les bébés, aussi, ont suivi la prédication et se sont-ils réjouis de la conversion du geôlier ? Quant à Lydie, afin de s’appuyer sur son cas pour soutenir le baptême des bébés, il faut supposer : 1) qu’elle était mariée (sa « famille » pouvait se composer de sœurs, de neveux, de domestiques, etc.); 2) qu’elle avait des enfants; 3) que quelques-uns de ces enfants étaient des bébés. Tout cela est possible, mais pas forcément le cas. On peut avoir une famille sans être marié, sans avoir des enfants, ou sans avoir des bébés ou enfants très jeunes. Soyons honnêtes : La Bible n’enseigne nulle part que les bébés ont besoin du baptême. Jésus a bien dit : « Laissez venir à moi les petits enfants », mais cela n’a rien à voir avec le péché originel ou le baptême. Amenons nos enfants à Jésus dans le sens de leur apprendre sa volonté au fur et à mesure qu’ils seront capables de la comprendre.

Confessez vos péchés les uns aux autres

Est-il nécessaire au chrétien de confesser ses péchés? Quand faut-il les confesser, et à qui? Et que veut dire au juste ce mot «confession»?

Confesser signifie «avouer, déclarer, dire». Au fond, confesser, c’est faire connaître quelque chose. Ainsi nous parlons de confesser notre foi en Christ, c’est-à-dire de déclarer devant d’autres personnes ou d’affirmer publiquement que nous croyons en Jésus, que nous le reconnaissons comme Seigneur. Quand il s’agit de la confession de nos péchés, plusieurs idées sont sous-entendues: la personne qui confesse un péché reconnaît que l’acte qu’elle a posé était bien un péché. En principe, elle n’essaie pas de justifier son acte comme s’il n’était pas tellement grave. La personne qui confesse doit regretter le mal qu’elle a fait, et elle doit désirer recevoir le pardon.

Le chrétien confesse ses péchés à Dieu

L’apôtre Jean écrit:

«Si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. Si nous disons que nous n’avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n’est point en nous.» (1 Jean 1.7-10).

Ce passage réconforte le chrétien qui fait de son mieux pour plaire à Dieu dans sa vie quotidienne, celui qui «marche dans la lumière». Même quand nous marchons «dans la lumière», il nous arrive de commettre des péchés. Personne parmi nous ne peut prétendre être sans péché – si nous le pensons, c’est que nous nous séduisons. Mais ce passage nous dit que si nous confessons nos péchés, Dieu nous pardonne et nous purifie. En plus, si nous demeurons des chrétiens fidèles (non pas des chrétiens «parfaits» mais des chrétiens qui marchent dans la lumière), le sang de Jésus nous purifie continuellement de tout péché. Ce n’est pas du tout que nous avons «un permis de pécher» ;  mais nous ne devons pas vivre dans la crainte que s’il nous arrivait de commettre un péché sans nous en rendre compte, et de mourir subitement avant de pouvoir le confesser, nous serions éternellement perdus : Le sang de Christ nous purifie. Seulement, nous ne devons pas nous entêter volontairement dans un péché, mais plutôt le confesser à Dieu et nous en détourner.

En Actes 8, nous avons un exemple très clair qui montre ce qu’un chrétien doit faire quand il se voit coupable d’avoir péché. Un ancien magicien du nom de Simon s’était converti. Il avait cru à la bonne nouvelle et s’était fait baptiser (Actes 8.13). Quand les apôtres Pierre et Jean arrivèrent dans sa ville, une ville de Samarie, ils imposèrent les mains sur de nouveaux chrétiens et leur communiquèrent des dons miraculeux du Saint-Esprit. «Lorsque Simon vit que le Saint-Esprit était donné par l’imposition des mains des apôtres, il leur offrit de l’argent, en disant : Accordez-moi aussi ce pouvoir, afin que celui à qui j’imposerai les mains reçoive le Saint-Esprit» (Actes 8.18,19). Comme des chamans ou sorciers font dans certains milieux aujourd’hui, Simon avait sans doute l’intention de récupérer son investissement et même s’enrichir en vendant les dons de l’Esprit. Qu’il ait pu mettre à exécution son plan ou pas, cette pensée était en elle-même un péché, et l’apôtre Pierre l’informa que son cœur n’était pas droit devant Dieu. Voilà donc quelqu’un qui, après son baptême, se trouve à nouveau dans un état de péché. Qu’est-ce que Pierre lui recommanda de faire : «Repens-toi donc de ta méchanceté, et prie le Seigneur pour que la pensée de ton cœur te soit pardonné, s’il est possible» (Actes 8.22). Bien que le mot «confesser» ne soit pas utilisé ici, il est évident que Pierre lui dit de reconnaître son péché devant Dieu et de demander pardon.

Faut-il passer par un prêtre ou un pasteur pour obtenir le pardon quand on confesse son péché? Non. Celui qui nous sert de médiateur, d’avocat, et de sacrificateur, c’est Jésus-Christ. «Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous» (1 Tim. 2.5). «Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous  ne péchiez point. Et si quelqu’un pèche, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste» (1 Jean 2.1).  «Mais Jésus vit pour toujours, et sa tâche de prêtre n’a pas à être transmis à quelqu’un d’autre. C’est pourquoi il peut sauver, maintenant et toujours, ceux qui s’approchent de Dieu par lui, car il est toujours vivant pour prier Dieu en leur faveur. Jésus est donc le grand-prêtre qu’il nous fallait. Il est saint, il n’y a aucun mal et aucun péché en lui, il a été séparé des pécheurs et élevé au-dessus des cieux.» (Héb. 7.24-26, FC).

N’est-il jamais nécessaire de confesser à un homme?

Quand Dieu est le seul offensé par nos péchés, c’est à lui seul que nous avons à confesser. Il s’agit, par exemple, des péchés qui sont cachés dans nos cœurs mais que Dieu voit. Jésus parle de ce genre de péché en Matthieu 5:28: «Mais moi, je vous dis que quiconque regard une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur.» Nous confessons de tels péchés à Dieu et n’avons pas forcément besoin d’en parler à autrui.

Mais tous les péchés ne sont pas cachés. Certains péchés touchent directement d’autres personnes. Il peut ne pas suffire de chercher le pardon de Dieu; nous devons aussi chercher le pardon de la personne contre laquelle nous avons péché. On peut donc parler de confession privée. Voilà ce qui est sûrement l’un des devoirs les plus négligés chez les chrétiens, malgré le fait que Jésus en a parlé clairement : «Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis, viens présenter ton offrande» (Matt. 5.23,24). Jésus n’a pas dit : «Va te confesser chez un prêtre». Il dit d’aller voir la personne à qui vous avez fait du tort, de chercher le pardon de cette personne, et puis de revenir vers Dieu.

Il est utile de signaler que si le pécheur a sincèrement et humblement cherché le pardon de celui qu’il a offensé, et que ce dernier a refusé de le pardonner, Dieu peut toujours pardonner le pécheur. L’offensé qui veut garder rancune ne peut pas prendre le coupable pénitent en otage et lui fermer la porte du Ciel. C’est l’offensé qui serait à son tour en faute: «Prenez garde à vous-même. Si ton frère a péché, reprends-le; et, s’il se repent, pardonne-lui. Et s’il a péché contre toi sept fois dans un jour et que sept fois il revienne à toi, disant: Je me repens, tu lui pardonneras» (Luc 17.3,4).

Il y a parfois lieu de faire une confession publique. Jésus dit en Matthieu 18 : «Si ton frère a péché, va et reprends-le entre toi et lui seul. S’il t’écoute, tu as gagné ton frère.» L’affaire s’arrête là. Pas besoin d’en parler à d’autres personnes. Jésus continue : «Mais s’il ne t’écoute pas, prends avec toi une ou deux personnes, afin que toute l’affaire se règle sur la déclaration de deux ou de trois témoins.» Si la personne en faute reconnaît son péché et désire le pardon, il s’agira d’une confession semi-privée, c’est-à-dire devant un petit nombre de témoins. Mais «s’il refuse de les écouter, dis-le à l’Église.» Maintenant le problème est connu de manière publique, et si le frère en faute reconnaît son péché, il faudra une confession publique (Matt. 18.15-17). Il y a d’autres situations où une confession publique est à recommander parce que le péché fut commis de façon publique, où parce que le coupable a fait du mal à tout un groupe ou une communauté.

La confession peut apporter plus que le pardon

Confesser un péché n’est pas toujours facile, mais il fait souvent du bien. David écrivit il y a trois mille ans: «Tant que je ne reconnaissais pas ma faute, mes dernières forces s’épuisaient en plaintes quotidiennes. Car de jour et de nuit, Seigneur, tes coups pleuvaient sur moi, et j’étais épuisé comme une plante au plus chaud de l’été. Mais je t’ai avoué ma faute, je ne t’ai pas caché mes torts. Je me suis dit: ‘Je suis coupable, je dois le reconnaître devant le Seigneur.’ Et toi, tu m’as déchargé de ma faute» (Ps. 32.3-5). Bien que notre orgueil rende difficile la confession, la paix avec Dieu et la paix intérieure qu’elle nous procure valent bien la peine d’avouer nos péchés. Combien de personnes n’arrivent pas à dormir parce qu’elles sont tourmentées par leurs propres crimes? Combien vivent dans la peur de la mort parce qu’ils savent que la condamnation les attend au jour du jugement? Combien semblent être en colère avec tout le monde, quand le vrai problème est une conscience qui les accuse jour et nuit? Dieu sait déjà tout le mal que nous avons commis – il nous demande de confesser pour notre propre bien, dans ce monde et dans l’au-delà.

Même notre santé physique peut dépendre de la confession de nos péchés, car la maladie est parfois une sorte de châtiment que Dieu envoie pour nous pousser à la repentance. «Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficacité» (Jacques 5.16).

Non seulement la confession permet d’obtenir le pardon de Dieu et le soulagement de la conscience, elle peut aussi aider à surmonter le péché. On dit que le premier pas qu’un alcoolique doit prendre est de reconnaître qu’il est bien alcoolique; il doit faire face au problème qu’il a avec la boisson. Voilà une raison pour être assez précis quand nous prions Dieu de pardonner nos péchés. Au lieu de dire, «Dieu, pardonne tous mes péchés», il est mieux de prier : «Pardonne-moi d’avoir menti à ma femme, d’avoir été jaloux de mon cousin, d’avoir été paresseux au boulot, de m’être emporté sans cause envers mes enfants, etc.» Après s’être examiné et avoir confessé les péchés que l’on voit dans sa vie, on peut aussi demander pardon des torts qu’on a commis sans s’en rendre compte.

Parfois la confession aux hommes n’est pas une obligation pour qu’on obtienne le pardon de Dieu, mais elle est quand même utile. Vous pouvez confesser volontairement en privé à un frère ou une sœur en Christ ou publiquement devant toute votre assemblée locale. Vous pouvez encourager ainsi un autre chrétien qui lutte avec la même sorte de problème et qui découvre qu’il n’est pas seul. Vous pouvez recevoir des conseils utiles de la part de ceux qui arrivent à résister à des tentations comme les vôtres. On hésite souvent de faire savoir qu’on pèche de telle ou telle manière, car on suppose que les autres ne feront que nous condamner. Au contraire, les chrétiens ont généralement trouvé que leur famille spirituelle, l’Église, se montrait à la hauteur et manifestait l’attitude recommandée dans la parole de Dieu: «Frères, si un homme vient à être surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que tu ne sois aussi tenté. Portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ» (Gal. 6.1,2).  Encore, le fait de confesser sa faute devant autrui ou de se consacrer de nouveau de manière publique peut aider la personne qui confesse à tenir à sa résolution, car elle a mis d’autres personnes au courant de sa faiblesse et de sa décision de la surmonter.

L’obtention du pardon par la confession est un privilège du chrétien.

Une bonne partie de ce que nous avons dit jusqu’à ce point ne s’applique qu’à une catégorie de personnes: ceux qui ont déjà obéi à l’évangile. En effet, les instructions bibliques pour ceux qui ne sont pas encore chrétiens ne sont pas les mêmes. Simon le magicien, à qui Pierre dit: «Repens-toi donc de ta méchanceté, et prie le Seigneur pour que la pensée de ton cœur te soit pardonné» (Actes 8.22), avait déjà cru en Christ et s’était fait baptiser. Ceux à qui Jean écrivait quand il dit: «Si nous confessons nos péchés, il est juste est fidèle pour nous les pardonner» s’adressait à ceux qui marchaient dans la lumière (1 Jn 1.7), ceux qui étaient enfants de Dieu (3.2), ceux qui étaient passés de la mort à la vie (3.14), ceux qui croyaient au nom du Fils de Dieu (5.13).

Quand il est question d’une personne qui n’est pas encore chrétienne, elle a besoin de faire cinq choses très simples pour obtenir le pardon de Dieu:

1. Écouter l’évangile «par lequel vous êtes sauvés» (1 Cor. 15.1-4); c’est-à-dire la bonne nouvelle de la mort, l’ensevelissement et la résurrection de Christ.

2. Croire que Jésus est le Fils de Dieu (Jean 8.24);

3. Se repentir de ses péchés (Actes 17.30,31);

4. Confesser sa foi en Jésus (Rom. 10.9,10). (Remarquez que la confession des péchés n’a jamais été mentionnée dans le Nouveau Testament comme étant une condition du salut pour la personne qui vient à Christ. Je me demande quel pécheur pourrait se souvenir de tous les péchés qu’il a commis avant sa conversion afin de les réciter.)

5. Se faire baptiser (Marc 16.16; Actes 22.16; Rom. 6.1-7). Étant alors baptisés en Christ, ayant revêtu Christ (Gal. 3.27), on se trouve en Christ, «en qui nous avons, par la foi, la liberté de nous approcher de Dieu avec confiance» (Éph. 3.12). C’est alors seulement qu’on peut s’approcher avec confiance «du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins» (Héb. 4.16).

B.B.

La confession biblique et la confession catholique

« Sans doute le prêtre est un homme pécheur comme les autres. Mais ce n’est pas le prêtre lui-même qui pardonne: c’est Dieu qui donne Son pardon par la bouche du prêtre: le prêtre n’est qu’un intermédiaire – mais un intermédiaire que Jésus a voulu nécessaire. Avouer son péché au prêtre, c’est l’avouer au Christ et à nos frères et, ainsi recevoir le pardon de Dieu. Cacher son péché au prêtre pour le tromper, c’est vouloir cacher son péché à Jésus et à nos frères, ainsi c’est refuser le Pardon de Dieu. »

Le P. Billes BABINET

70 Questions/Réponses

Mgr Noël KOKORA TEKRY Evêque de Gagnoa a donné l’autorisation de publier

   On nous cite le passage de Jean 20.19 pour justifier cette prétention. Après sa résurrection Jésus se présente au milieu des apôtres et leur dit: «La paix soit avec vous! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. Recevez le Saint-Esprit. Ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur seront pardonnés; et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus.» On peut certainement mettre en doute que cette parole que le Christ adressa aux apôtres puisse s’appliquer aux prêtres catholiques, au sujet desquels on ne trouve pas un mot dans le Nouveau Testament, mais il serait peut-être plus utile de considérer de quelle manière les apôtres eux-mêmes ont exercé ce pouvoir. En effet, dans aucun verset de la Bible on ne trouve un apôtre de Christ absoudre un pécheur à la manière des prêtres de nos jours. Qu’ils soient en face d’un païen ou d’un chrétien tombé dans la tentation, les apôtres, en tant que porte-parole de Christ, déclaraient simplement les conditions fixées par le Maître pour que le coupable reçoive le pardon de Dieu: la repentance et le baptême pour celui qui a écouté l’évangile et cru (Actes 2.38), ou la repentance et la prière pour le chrétien souillé par un péché après son baptême (Actes 8.22).

B.B.

Extrait de « dois-je renoncer à ma soutane» par Fausto Salvoni

La Sainte Écriture ne nous interdit pas de confesser nos péchés à d’autres personnes si nous le désirons : «Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière du juste a une grande puissance.» (Jacques 5.16). Mais cette confession n’est pas obligatoire, sauf pour l’offenseur qui doit confesser ses fautes à celui qu’il a outragé. Pour recevoir cette confession biblique, il n’est pas nécessaire d’être prêtre, mais il suffit d’être chrétien, c’est-à-dire d’être frère ou sœur spirituel du pécheur : «Confessez donc vos péchés les uns autres et priez les uns pour les autres.» Quand on dit «Que les laïques se confessent donc aux prêtres», c’est un changement que l’on apporte à la parole de Dieu, qui déclare : «les uns aux autres». Si les laïques doivent se confesser aux prêtres, les prêtres, réciproquement, doivent le faire aux laïques !

Jusqu’à la fin du 12e siècle de l’ère chrétienne, les prêtres catholiques, continuant la tradition apostolique, ne donnaient pas l’absolution aux pécheurs, mais comme le font encore maintenant les prêtres grecs, ils priaient seulement Dieu de pardonner le pénitent qui se confessait… Mais, aujourd’hui, c’est le prêtre catholique, pécheur lui-même, qui pardonne les péchés au nom de Jésus… Mais où a-t-il puisé ce pouvoir ? Dans toute la Bible, il n’en existe pas la moindre trace.

écrit par Fausto Salvoni (ancien prêtre catholique, ancien professeur de langues orientales du Grand Séminaire de Milan) dans le livre, Dois-je renoncer à ma soutane?

Le « sacrement de la confession » est-il prescrit dans la Bible ?

On peut fouiller la Bible toute entière sans trouver une trace du «sacrement de la confession». On peut chercher partout dans les écrits du premier millénaire du christianisme sans trouver une autorisation de la pratique ni même une indication qu’une telle pratique existait. En parcourant les écrits de Chrysostom, Athanase, Nestorius, Tertullien, Jérôme, Origène, et même Augustin, on arrive à la conclusion, qu’on le veuille ou pas, que tous ces «Pères de l’Église», qui écrivirent en grand détail au sujet des pratiques et des croyances de leur époque (2ème au 5ème siècles), vécurent et moururent sans observer ce «sacrement» ni même en entendre parler.  Rien ne suggère que, pendant mille ans après la mort de Christ, les chrétiens aient été obligés de se prosterner devant un prêtre et lui confesser secrètement leurs péchés.

Ce n’était qu’au quatrième concile du Latran en l’an 1215, sous la direction d’Innocent III, que le sacrement de la confession fut rendu obligatoire pour tous les catholiques. Le concile décréta qu’au moins une fois par an les catholiques devaient se confesser et chercher l’absolution auprès d’un prêtre. Ce décret fut plus tard confirmé par le concile de Trente, Séance 14, à partir du 25 novembre 1551.

L’histoire montre clairement que «le sacrement de pénitence et de réconciliation», y compris la confession au prêtre, ne fut pas institué par Christ. Il s’agit bien au contraire d’une invention humaine que ne fut imposé à la communauté catholique qu’aux environs de 1215 apr. J.-C., presque 1200 ans après la mort de Christ.

Greg Litmer, Catholicism Under the Microscope.

L’Église devrait-elle imposer le célibat?

Nous savons tous que dans le Catholicisme, les prêtres, les évêques, les cardinaux, les moines et les religieuses font un vœu de célibat – ils doivent promettre de ne pas se marier. Selon le Catéchisme de l’Église Catholique, «Tous les ministres de l’Église… sont normalement choisis parmi les hommes croyants qui vivent en célibataires et qui ont la volonté de garder le célibat «en vue du Royaume des cieux» (Mt 19, 12). Appelés à se consacrer sans partage au Seigneur et à ‘ses affaires’, ils se donnent tout entiers à Dieu et aux hommes… Celui qui a reçu le sacrement de l’Ordre ne peut plus se marier» (¶1579, 1580).

D’une perspective humaine, une telle règle a, certes, des avantages (ainsi que des inconvénients). Mais ce qui importe est de savoir si cette règle est un commandement de Dieu ou des hommes. Selon Jésus, on adore Dieu en vain quand on suit les commandements des hommes (Matthieu 15.9). Il reprocha les scribes et les pharisiens de son jour en disant: «Il lient des fardeaux pesants, et les mettent sur les épaules des hommes» (Matthieu 23.4).  Pour savoir ce que Dieu ordonne réellement, il faut nous référer à la parole de Dieu lui-même, la Bible.

D’une part, le Nouveau Testament reconnaît que le célibataire a certains avantages en ce qui concerne l’œuvre de Dieu, surtout en temps de persécution, à cause des charges et soucis associés à une famille (1 Corinthiens  7.29-35). D’ailleurs, plusieurs des héros de la parole de Dieu, y compris le prophète Jérémie, l’apôtre Paul, Barnabas, et
bien sûr, Jésus-Christ lui-même, étaient célibataires. Mais il est très clair que la Bible n’impose pas le célibat à tous ceux qui voudraient se consacrer de manière spéciale au service de Dieu. Considérez les passages suivants:

1 Timothée 4.1-3: «Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteurs, portant la marque de la flétrissure dans leurs propre conscience, prescrivant de ne pas se marier»

1 Corinthiens 9.5: «N’avons-nous [Paul et Barnabas] pas le droit de mener avec nous une sœur qui soit notre femme, comme font les autres apôtres, et les frères du Seigneur, et Céphas?»

1 Timothée 3.2,4,5: «Il faut donc que l’évêque soit irréprochable, mari d’une seule femme… Il faut qu’il dirige bien sa propre maison, et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté; car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’Église de Dieu?»

1 Timothée 3.12: «Les diacres doivent être maris d’une seule femme, et diriger bien leurs enfants et leurs propres maisons.»

Il est évident que le commandement de ne pas se marier n’est pas de Dieu et que les apôtres (qui étaient certainement consacrés pleinement au service de Dieu) avaient le droit de se marier, mais aussi qu’il était nécessaire d’être marié afin de pouvoir assumer la responsabilité d’évêque (appelé aussi pasteur ou ancien) et de diacre. Il est malheureux de voir aujourd’hui de nombreux cas d’abus sexuel de la part de prêtres catholiques, mais on ne peut s’empêcher de se demander s’ils auraient réussi à éviter ces péchés si l’Église leur avait permis de se marier, comme la Bible l’enseigne, et de satisfaire ainsi aux désirs sexuels de manière légitime avec leurs épouses.

B.B.

(Dans Vol. 13 No. 5)

Gardez-vous des idoles

Qu’est-ce qu’une idole?

Tout le monde ne comprend pas l’idolâtrie de la même manière. Selon le Petit Larousse, une idole est une «image ou représentation d’une divinité qui est l’objet d’un culte d’adoration». D’autres dictionnaires parlent également de «figure, statue, objet matériel qu’on suppose habités par la divinité qu’ils représentent et qui sont adorés comme la divinité elle-même». En d’autres termes, certains considèrent l’idole comme une simple représentation de quelque chose qu’ils adorent; d’autres considèrent l’idole comme étant habitée ou animée d’un être ou  puissance spirituels et donc un objet d’adoration en elle-même.

Bizarrement, on peut avoir une idole dans sa vie sans s’en rendre compte. Selon Éphésiens 5.5, ceux qui sont cupides, c’est-à-dire amoureux de l’argent, ont une idole: «Car, sachez-le bien, aucun… cupide, c’est-à-dire idolâtre, n’a d’héritage dans le royaume de Christ et de Dieu». Jésus parle de la même vérité en Matthieu 6.24: «Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon [la richesse]». Le Seigneur nous enseigne donc que l’argent peut devenir une sorte d’idole, un faux dieu que nous servons, même si nous ne dirions jamais en nous-mêmes que l’argent est notre dieu.

Quelle est l’attitude de Dieu à l’égard de l’idolâtrie?

Que ce soit une statue devant laquelle on se prosterne ou quelque chose que nous avons trop exalté dans notre cœur et que nous «servons» même inconsciemment, l’attitude de Dieu envers les idoles a toujours été très nette: «Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face» (Exode 20.3).

Mais considérons en particulier son attitude à l’égard des idoles dans le premier sens du mot, celui des images, statues ou objets dont on se sert dans la religion, devant lesquels on se prosterne, fait des prières ou offre divers genres de sacrifices. Le deuxième des dix commandements est catégorique: «Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux» (Exode 20.4,5).

Malgré ces commandements si clairs, Israël tomba maintes fois dans le péché de l’idolâtrie, et les prophètes de Dieu appelaient constamment le peuple à se repentir et à servir l’Éternel seul. Voici, par exemple, les propos du prophète Habacuc: «À quoi sert une image taillée, pour qu’un ouvrier la taille? À quoi sert une image en fonte et qui enseigne le mensonge, pour que l’ouvrier qui l’a faite place en elle sa confiance, tandis qu’il fabrique des idoles muettes? Malheur à celui qui dit au bois :  Lève-toi! À une pierre muette :  Réveille-toi! Donnera-t-elle instruction ? Voici, elle est garnie d’or et d’argent, mais il n’y a point en elle un esprit qui l’anime. L’Éternel est dans son saint temple. Que toute la terre fasse silence devant lui !» (Habacuc 2.18-20).

L’attitude de Dieu envers les idoles n’a pas changé dans le Nouveau Testament. Après avoir parlé du péché commis par les Israélites, l’apôtre Paul dit aux Corinthiens :  «Ne devenez pas idolâtres, comme quelques-uns d’eux» (1 Cor. 10.7). Il écrit aux Galates :  «Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie… Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu» (Gal. 5.19-21). L’Apocalypse de Jean contient plusieurs références à l’idolâtrie, et elles sont toutes négatives: «Les autres hommes… ne se repentirent pas des œuvres de leurs mains, de manière à ne point adorer les démons, et les idoles d’or, d’argent, d’airain, de pierre et de bois, qui ne peuvent ni voir, ni entendre, ni marcher… Mais pour les… idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort… Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge !» (Apocalypse 9.20; 21.8; 22.15).

Pourquoi Dieu déteste-t-il tellement l’idolâtrie?

Comme nous l’avons vu en Exode 20.5, Dieu lui-même dit qu’il est un Dieu jaloux. Il ne tolère pas de rivaux. Quand on demanda à Jésus-Christ quel était le premier de tous les commandements,  «Jésus répondit :  Voici le premier : Écoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l’unique Seigneur; et : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force» (Marc 12.29,30).  Dieu ne veut pas d’un cœur partagé. Il est vrai que la jalousie est, dans beaucoup de situations, un trait négatif; il y a, par contre, des relations où elle est très importante, car son absence signifie un manque d’amour. Un homme marié qui ne ressent rien quand il apprend que sa femme commet l’adultère avec un autre homme n’aime tout simplement pas son épouse. Si sa femme est amoureuse d’un autre, et que cela lui est égal, il y a un problème très grave. Dieu est jaloux pour nous parce qu’il nous a créés et qu’il nous aime. Jacques s’adresse en termes très forts à certains qui ne comprennent pas cette réalité: «Adultères que vous êtes !  Ne savez-vous pas l’amour du monde est inimitié contre Dieu ?  Celui donc qui veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu. Croyez-vous que l’Écriture parle en vain ?   C’est avec jalousie que Dieu chérit l’esprit qu’il a fait habiter en nous» (Jacques 4.4,5).

Certains insistent sur l’idée qu’ils n’adorent pas le bout de bois ou le bloc de pierre qu’est l’idole – ils n’adorent que Dieu, celui que l’image représente pour eux.  Peu importe. Le commandement de Dieu est clair, et il ne comporte pas d’exception pour celui qui pense à l’image d’une certaine manière: «Tu ne te feras point d’image taillée… Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras pas» (Exode 20.4,5). Et si l’on veut bien voir, la première fois que les Israélites désobéirent à ce commandement en faisant la statue d’un veau d’or, il était clair que l’image était pour eux une simple représentation du Dieu qui les avait délivrés de l’esclavage en Égypte. «Et tous ôtèrent les anneaux d’or qui étaient à leurs oreilles, et ils les apportèrent à Aaron. Il les reçut de leurs mains, jeta l’or dans un moule, et fit un veau en fonte. Et ils dirent :  Israël !  Voici ton dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Égypte. Lorsqu’Aaron vit cela, il bâtit un autel devant lui, et il s’écria :  Demain, il y aura fête en l’honneur de l’Éternel !» (Exode 32.3-5). Ils traitaient cette statue comme un simple objet visible pour faciliter leur adoration du Dieu invisible. Cela n’empêche pas qu’ils avaient désobéi à l’ordre exprès de Dieu, qui se mit colère face à cette infidélité. Il dit à Moïse, qui se trouvait sur le mont Sinaï: «Va, descends ;  car ton peuple, que tu as fait sortir du pays d’Égypte, s’est corrompu. Ils se sont promptement écartés de la voie que je leur avais prescrite» (Exode 32.7,8).

Représenter le Dieu incomparable par l’image d’une créature ne lui fait pas honneur. Au contraire.  Le prophète Ésaïe demanda :  «À qui voulez-vous comparer Dieu? Et quelle représentation dresserez-vous de lui ?» (Ésaïe 40.18). L’apôtre Paul dit que les hommes «ont remplacé la gloire du Dieu incorruptible par des images représentant l’homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes et des reptiles» (Romains 1.23, Version Colombe).  Il avait prêché aux hommes d’Athènes: «nous ne devons pas croire que la divinité soit semblable à de l’or, à de l’argent, ou à de la pierre, sculptés par l’art et l’industrie de l’homme» (Actes 17.28). Toute image que l’on ferait pour représenter Dieu constitue, en réalité, une insulte à sa gloire.

Mais ce n’est pas tout. Même si des hommes ont fabriqué des images avec des sentiments pieux dans le but de faciliter l’adoration du Dieu invisible, force est de reconnaître que beaucoup de gens, surtout les moins instruits, se mettent à adorer les images elles-mêmes plutôt que ce qu’elles sont censées représenter. Leur confiance est placée dans les idoles. Les prophètes de Dieu rappelaient donc sans cesse que ces objets, fabriqués par les mains d’homme, étaient impuissants. «Ils reculeront, ils seront confus, ceux qui se confient aux idoles taillées, ceux qui disent aux idoles de fonte :  Vous êtes nos dieux!» (Ésaïe 42.17).   

Jérémie dit que les idoles ne sont que mensonge, une œuvre de tromperie.  Ce sont les démons qui s’en servent pour tromper les hommes. Oui, qu’on le reconnaisse ou pas, de mauvais esprits se cachent derrière les idoles et sont à l’œuvre par ce moyen pour détourner les hommes de la volonté de Dieu. L’image taillée n’a pas de pouvoir; si une puissance se manifeste aux adorateurs des idoles, nous savons d’où elle vient: «Que dis-je donc? Que la viande sacrifiée aux idoles est quelque chose, ou qu’une idole est quelque chose ?  Nullement. Je dis que ce qu’on sacrifie, on le sacrifie à des démons, et non à Dieu ;  or, je ne veux pas que vous soyez en communion avec les démons» (1 Corinthiens 10.19,20).

Quelle attitude la Bible recommande-t-elle au chrétien ?

L’enseignement des apôtres à l’égard des idoles était très simple et très clair: les païens devaient rompre totalement avec l’idolâtrie dans toutes ses formes. Ils recommandèrent «qu’on leur écrive de s’abstenir des souillures des idoles» (Actes 15.20). Paul dit aux Corinthiens :  «C’est pourquoi, mes bien-aimés, fuyez l’idolâtrie» (1 Cor. 10.14).   «Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant…C’est pourquoi, ‘Sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur ; ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai’» (2 Cor. 6.16,17).  Quant aux chrétiens de Thessalonique, Paul leur écrit: «On raconte à notre sujet, quel accès nous avons eu auprès de vous, et comment vous vous êtes convertis à Dieu, en abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant et vrai» (1 Thess. 1.9). Le Nouveau Testament ne recommande jamais que les païens soient sevrés petit à petit de leurs habitudes en ce qui concerne les pratiques idolâtres et l’emploi des images. Non. Il faut une rupture totale au moment de la conversion. Comme les Éphésiens qui ont brûlé leurs livres de magie (Actes 19.19), un païen qui vient à Christ devrait brûler ses fétiches au nom de Jésus et renoncer à tout ce qui est associé aux faux dieux.  Il ne faut pas se référer aux manières d’adorer ces anciens dieux pour que la transition à l’adoration du vrai Dieu soit plus facile. Considérez ce que Dieu ordonna aux Israélites quand ils s’installaient dans le pays de Canaan :  «Lorsque l’Éternel, ton Dieu, aura exterminé les nations que tu vas chasser devant toi… garde-toi de te laisser prendre au piège en les imitant… Garde-toi de t’informer de leur dieux et de dire :  Comment ces nations servaient-elles leurs dieux? Moi aussi, je veux faire de même. Tu n’agiras pas ainsi à l’égard de l’Éternel, ton Dieu » (Deutéronome 12.29-30).

Soyons clairs :  celui qui vient à Christ, mais qui s’attache encore aux idoles, n’est pas encore venu à Christ. Jésus le dit lui-même: «Nul ne peut servir deux maîtres».

Que penser des statues de Jésus, de Marie et des «saints» ? 

Contrairement à tout ce que nous venons de lire, l’Église Catholique recommande l’emploi des images dans l’adoration. «De plus, on doit avoir et garder, surtout dans les églises, les images du Christ, de la Vierge Marie Mère de Dieu et des autres saints, et leur rendre l’honneur et la vénération qui leur sont dus… à travers les images que nous baisons, devant lesquelles nous nous découvrons et nous prosternons, c’est le Christ que nous adorons et les saints, dont elles portent la ressemblance, que nous vénérons. C’est ce qui a été défini par les décrets des conciles.» (Session 25 du Concile de Trente, article 1823). L’Église Orthodoxe, pour sa part, rejette les statues, mais «vénère» avec beaucoup de zèle les tableaux, ou icônes, qui représentent les mêmes personnages.

L’Église Catholique avance cet argument: «Dieu est Esprit et on ne peut pas le représenter… mais un jour, le Fils de Dieu s’est abaissé jusqu’à se faire homme comme nous :  c’est Jésus-Christ (Phil. 2.6-8) – alors nous pouvons le représenter soit par un dessin soit par une statue. C’est la conséquence de l’Incarnation, le mystère du Fils de Dieu, fait homme.» (70  Questions – Réponses, écrit par le prêtre Gilles Babinet, et autorisé par Noël KOKORA TEKRY, Évêque de Gagnoa, Côte d’Ivoire).

Quand on nous dit, «C’est différent maintenant», nous voulons demander, «Selon qui?». Est-ce que Dieu dans sa Sainte Parole nous dit quelque part qu’il est désormais permis de faire des images et de se prosterner devant elles? Les apôtres ont-ils jamais fabriqué une statue du Seigneur pour que les premiers chrétiens s’en servent dans leur adoration? Il n’y a dans la Bible ni commandement ni enseignement ni exemple apostolique pour soutenir cette pratique.  Or, la Bible dit: «Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n’a point Dieu» (2 Jean 9).

Pour ce qui est des images de Marie, la mère de Jésus, et des «saints», on ne peut pas les justifier en parlant de l’incarnation de Jésus. En tant que Fils de Dieu, Jésus est digne d’être adoré, même si on ne doit pas le faire au moyen des statues. Mais Marie et les «Saints» ne sont pas divins. Ils sont des créatures, et non pas Dieu. On n’a aucun droit de leur vouer un culte quelconque ?

Adoration ou vénération?

L’Église Catholique essaie de créer une distinction entre «adorer» et «vénérer». On adore Dieu, mais on ne fait que vénérer les images, Marie, les «saints» et les anges. Pour être honnête, il faut dire qu’il s’agit d’un jeu de mots, car on parle des mêmes actes: que ce soit pour Jésus, Marie ou les saints, on se prosterne devant leurs images, on leur adresse des prières et des louanges, on les chante, on allume des cierges (bougies) pour eux, etc.  Considérez les propos de cette célèbre prière qu’on recommande de faire à la Vierge Marie et demandez-vous sincèrement en quoi elle ne constitue pas de l’adoration:

  «Auguste Reine des cieux et Maîtresse des Anges, vous qui avez reçu de Dieu le pouvoir et la mission d’écraser la tête de satan, nous vous le demandons humblement, envoyez les légions célestes pour que, sous vos ordres, elles poursuivent les démons, les combattent partout, répriment leur audace et les refoulent dans l’abîme. « Qui est comme Dieu ? »

  «Ô bonne et tendre Mère, vous serez toujours notre amour et notre espérance.

  «Ô divine Mère, envoyez les saints Anges pour me défendre et repousser loin de moi le cruel ennemi. Saints Anges et Archanges, défendez-nous, gardez-nous.»

À la lumière des passages que nous avons vus au début de cette étude, la colère du Dieu jaloux, qui exige d’être le seul objet de l’adoration, ne serait-elle pas provoquée par le fait que de telles paroles s’adressent à de simples créatures ? Quel que soit le mot qu’on emploie pour en parler, il est clair qu’il s’agit de l’adoration de ce qui n’est pas Dieu. C’est un cas d’idolâtrie.

Marie s’est décrite simplement comme «la servante du Seigneur» (Luc 1.38). Comment «Saint» Pierre a-t-il réagi quand Corneille tomba à ses pieds et se prosterna ?  «Pierre le releva, en disant :  Lève-toi, moi aussi, je suis un homme» (Actes 10.26). Comment l’ange puissant de l’Apocalypse réagit-il quand Jean tomba à ses pieds? «Il me dit :  Garde-toi de le faire! Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères qui ont le témoignage de Jésus. Adore Dieu» (Apoc. 19.10). Marie, Pierre et l’ange ne se réjouiraient pas de voir la «vénération» qui leur est offerte aujourd’hui.

Conclusion

Il n’y a qu’un seul Être suprême et incomparable, Créateur et Maître de toutes choses, majestueux et glorieux. «Au roi des siècles, immortel, invisible, seul Dieu, soient honneur et gloire, aux siècles des siècles !» (1 Tim. 1.17).  Lui seul est digne de l’adoration de tout ce qui vit. De plein droit il s’attend à ce que ses créatures l’honorent de manière exclusive. Qu’on serve un autre être à la place de Dieu ou en plus de Dieu, on commet le péché de l’idolâtrie. Les vrais serviteurs de Dieu n’accepteraient jamais l’adoration, car tout leur souhait est que Dieu lui-même reçoive honneur et louange.

Dieu a toujours défendu catégoriquement qu’on se serve des statues et des images dans l’adoration. Soit elles rabaissent Dieu, soit elles détournent la dévotion des hommes de celui qu’il faut adorer. Là aussi, c’est de l’idolâtrie. Ne vous laissez pas séduire par les arguments humains. La volonté de Dieu est claire: «Tu ne te feras pas d’image taillée… tu ne te prosterneras pas devant elles».

«Petits enfants, gardez-vous des idoles» (1 Jean 5.21).

B.B.

(dans Vol. 13 No. 3)

Peut-on prier les «Saints» tant qu’on n’a pas recours aux images?

Même si l’on s’abstenait de se prosterner devant leurs images et de leur prodiguer des louanges que Dieu seul a le droit de recevoir, on n’aurait pas raison d’adresser aux «Saints» nos requêtes. Dieu dit dans l’Ancien Testament: «Si quelqu’un s’adresse aux morts et aux esprits, pour se prostituer après eux, je tournerai ma face contre cet homme, je le retrancherai du milieu de son peuple» (Lévitique 20.6). «Un peuple ne consultera-t-il pas son Dieu ? S’adressera-t-il aux morts en faveur des vivants ?» (Ésaïe 8.19). Les «Saints» ne sont-ils pas morts ?  (En fait, le mot «saints» dans le Nouveau Testament se réfère tout simplement aux chrétiens. La Bible ne connaît pas de «saints» dans le sens de personnes mortes désignées par l’Église comme ayant mérité par leur justice un rang supérieur et la capacité de dispenser des grâces aux autres hommes.)

Il a été dit que la «vénération» d’un «Saint» est l’acte de dévotion envers un juste que l’on croit plus saint que nous et qui bénéficie de «l’oreille attentive» de Dieu. Nous avons déjà un tel juste, et il s’appelle Jésus. «Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous !» (Rom. 8.34). «Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses…; Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins» (Héb. 4.15,16). Croyez-vous que Jésus, qui nous a tant aimés qu’il accepta de mourir dans l’agonie sur la croix pour nous, serait insensible à nos besoins? L’oreille de Dieu ne serait-elle pas attentive à Jésus lui-même? En vérité, que ce soit avec ou sans images, il n’y a aucun besoin de nous adresser à ceux qu’on appelle les «Saints», car déjà «nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste» (1 Jean 2.1).

B.B.

(Dans Vol. 13 No. 3)

Noël

Quand quelqu’un ose remettre en question le bien-fondé d’une tradition très aimée, il court le risque d’être l’objet d’une certaine hostilité. L’émotion favorable qui s’attache à certaines pratiques traditionnelles est parfois si forte que l’on a du mal à aborder le sujet de ces pratiques de façon objective. On rencontre cette attitude même parmi des gens qui reconnaissent en général l’importance de suivre la parole de Dieu plutôt que les pensées humaines. Ce n’est donc pas tout le monde qui accepterait d’entreprendre une étude qui risque de ne pas confirmer toutes leurs croyances et appuyer leurs différentes pratiques en ce qui concerne des fêtes religieuses comme Noël, une fête que des millions de personnes ont aimée ardemment depuis leur enfance.

Mais quant à nos lecteurs, «quoique nous parlions ainsi, bien-aimés, nous attendons, pour ce qui vous concerne, des choses meilleures et favorables au salut» (Hébreux 6.9). Nous sommes confiants que vous suivrez le conseil de 1 Thessaloniciens 5.21,22: «Examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; abstenez-vous de toute espèce de mal.»  Vous aurez «des sentiments nobles» comme ceux des Juifs de Bérée qui «examinaient chaque jour les Écritures pour voir si ce qu’on leur disait était exact» (Actes 17.11). Conscients du fait que Jésus accusa d’autres adorateurs de Dieu «d’abandonner le commandement de Dieu et d’observer la tradition des hommes» (Marc 7.8), vous reconnaîtrez que le danger de tomber dans la même erreur est réelle, et que l’on ne peut pas se permettre de perdre son objectivité.

Un silence surprenant

Aux yeux du monde l’un des jours de l’année les plus importants pour les chrétiens est sans aucun doute la fête de Noël, censée marquer la naissance de Jésus-Christ. Beaucoup passent des semaines à préparer ce jour par les activités de l’Avent et l’organisation d’une grande variété d’activités et de spectacles offerts dans les églises et d’autres lieux publiques. On s’attendrait donc à trouver un enseignement plus ou moins approfondi dans les pages du Nouveau Testament concernant ce «jour saint».

En réalité, la Bible garde un silence absolu concernant une quelconque célébration de l’anniversaire de naissance du Seigneur Jésus, qu’on la désigne par le nom de Noël ou par une autre appellation. Certes, les Évangiles de Matthieu et de Luc nous parlent de la naissance de Jésus à Bethléhem, mais aucun passage ne suggère que les premiers chrétiens marquaient l’anniversaire de ce jour de quelque manière que ce soit. Ni Jésus, ni ses apôtres, ni les autres auteurs inspirés n’ont demandé aux hommes d’observer la Noël; aucun verset n’indique le jour de l’année, ni même le mois, où Jésus est né; aucun passage ne contient des instructions sur la manière prescrite par Dieu pour sanctifier ce jour. Face à cette réalité, nul ne peut nier qu’il s’agit d’une observance d’origine humaine.

«C’est la pensée qui compte»?

Mais est-ce qu’il est important de savoir si cette fête a été ordonnée par Dieu? Ce qui compte, c’est le désir d’honorer notre Sauveur et de manifester notre joie à l’égard de sa venue dans ce monde condamné par le péché, n’est-ce pas? Pas forcément. Oui, Dieu voit nos bonnes intentions et les apprécie, mais ce n’est pas tout ce que des hommes proposent faire pour lui qui est selon sa volonté. Le roi David voulut construire un temple à l’honneur de son Dieu. Mais son fils Salomon explique en 1 Rois 8.17-19 que Dieu avait d’autres idées là-dessus: «David, mon père, avait l’intention de bâtir une maison au nom de l’Éternel, le Dieu d’Israël. Et l’Éternel dit à David, mon père: Puisque tu as eu l’intention de bâtir une maison à mon nom, tu as bien fait d’avoir eu cette intention. Seulement, ce ne sera pas toi qui bâtiras la maison; mais ce sera ton fils.» Quand un désir de faire honneur à Dieu vient d’un cœur sincère, Dieu le sait et peut en éprouver un certain plaisir. Mais cela ne change pas le fait que c’est sa volonté qui importe, et ce qui est sûr de lui plaire, c’est quand nous obéissons à ses commandements. Les hommes investissent parfois (ou gaspillent plutôt) beaucoup de temps, d’effort et d’argent pour faire ce que Dieu n’a jamais demandé. Comme le prophète Samuel dit à Saül: «L’Éternel trouve-t-il du plaisir dans les holocaustes et les sacrifices, comme dans l’obéissance à la voix de l’Éternel? Voici, l’obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l’observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers» (1 Samuel 15.22). Un autre roi dans l’histoire juive, du nom d’Ozias, voulut brûler des parfums sur l’autel des parfums dans le temple de Jérusalem. C’était, bien sûr, un acte d’adoration, mais un acte que la loi de Dieu n’avait pas autorisé le roi à accomplir. Aucune loi ne l’interdisait explicitement; les sacrificateurs pouvaient le faire, mais aucun commandement de l’Éternel n’autorisait les autres Israélites à rendre ce service sacré.  C’est pour cela que les sacrificateurs dirent au roi: «Tu n’as pas le droit, Ozias, d’offrir des parfums à l’Éternel! Ce droit appartient aux sacrificateurs, fils d’Aaron, qui ont été consacrés pour les offrir. Sors du sanctuaire, car tu commets un péché! Et cela ne tournera pas à ton honneur devant l’Éternel Dieu» (2 Chroniques 26.18). Pendant qu’ils parlaient, Dieu lui-même frappa Ozias de lèpre à cause de son péché présomptueux. Les bonnes intentions sont importantes, mais je dois avoir l’humilité de vérifier que ce que je me propose de faire à l’honneur de Dieu, c’est ce que Dieu veut que je fasse pour lui.

Le péché d’aller plus loin 

On pourrait raisonner qu’il est possible de faire pour Dieu ce qu’il n’a pas demandé, sans pour autant lui désobéir. Mais cette façon de raisonner est dangereux à la lumière des avertissements clairs dans les Écritures:

«Vous n’ajouterez rien à ce que  je vous prescris, et vous n’en retrancherez rien; mais vous observerez les commandements de l’Éternel, votre Dieu, tels que je vous les prescris» (Deutéronome 4.2). [Remarquez que le contraire de «ne rien ajouter et n’en rien retrancher, c’est d’observer les commandements tels que Dieu nous les donne.]

«N’ajoute rien à ses paroles, de peur qu’il ne te reprenne et que tu ne sois trouvé menteur.» (Proverbes 30.6)

«C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes.» (Matthieu 15.9)

«...afin que vous appreniez… à ne pas aller au-delà de ce qui est écrit.» (1 Corinthiens 4.6)

«Et quoi que vous fassiez, en parole ou en œuvre, faites tout au nom du Seigneur Jésus.» (Colossiens 3.17). [Peut-on faire «au nom du Seigneur» ce que le Seigneur n’a jamais autorisé?]

«Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans l’enseignement de Christ n’a point Dieu; celui qui demeure dans cet enseignement a le Père et le Fils.» (2 Jean 9) [Est-il possible qu’une pratique que ni Jésus ni ses porte-parole inspirés n’ont jamais mentionnée fasse partie de l’enseignement de Christ?]

Une obligation sans que les apôtres ne le sachent?

Il est reconnu par tous les historiens, qu’ils soient religieux ou pas, que l’on ne fêtait pas la naissance de Jésus pendant les trois premiers siècles du christianisme. «Selon la tradition catholique, c’est le pape Libère qui, en 354, aurait institué la fête de la Nativité à Rome le 25 décembre, date du Natalis Invicti; il aurait également codifié les premières célébrations» (article de Wikipedia sur la Noël). La fête fut célébré à Constantinople pour la première fois en 379 et à Antioche en 388. Ce n’est qu’en 506 que le concile d’Agde fait de Noël une fête d’obligation.  “L’Église (Catholique) nous fait un devoir grave d’assister à la Messe… aux quatre fêtes d’obligation. Aussi, manquer la Messe ces jours-là (ou la veille en soirée de ces jours-là) sans un motif très sérieux et manifeste, constitue un péché mortel. Car c’est là un outrage à Dieu…» (Manuel d’instruction et d’éducation religieuse: Les commandements de l’Église). Il est surprenant, n’est-ce pas, que la non-observation d’une fête qui était inconnue des apôtres et de tous les premiers chrétiens soit un acte qui puisse séparer un fidèle de son Dieu et le condamner éternellement! Même parmi des Protestants, qui ne parlent pas de «péchés mortels» et «péchés véniels», les gens ont l’idée qu’il est plus grave de ne pas aller à l’église à Noël que de négliger le culte d’un «dimanche ordinaire». Comme les Juifs du temps de Jésus, beaucoup sont tombés dans l’erreur d’élever les traditions et les commandements des hommes au-dessus de la parole de Dieu (Marc 7.6-8).

Dieu nous a révélé ce qui est nécessaire

On nous pose parfois la question: «Ne pensez-vous pas que nous devrions célébrer une fête pour rappeler la naissance du Christ?». En fait, peu importe ce que nous pensons là-dessus. 2 Pierre 1.3 nous dit que Dieu «nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété». Tout ce que j’ai besoin de savoir afin de servir Dieu et lui plaire a été révélé dans la Bible. Si Dieu voulait qu’on observe une fête comme Noël, il nous l’aurait certainement dit! Instituer une telle observance et demander aux hommes de la respecter, c’est être présomptueux et parler à la place de Dieu.

La conclusion des réformateurs

Il est instructif de constater que bon nombre de conducteurs de la Réforme protestante, y compris Calvin, Zwingli, Farel, Knox et d’autres, reconnurent qu’un retour à la Bible exigeait l’abandon de toutes sortes de pratiques étrangères à la Bible, y compris le culte des images, les vœux de célibat pour le clergé, la prière pour les morts, et oui, les différentes fêtes, telles que Noël, Épiphanie, Ascension, Assomption, et les jours consacrés aux divers saints. Ils recommandaient le dimanche comme seul «jour saint» pour le chrétien. Jusqu’au début du vingtième siècle bon nombre de dénominations protestantes, y compris les Presbytériens, les Quakers, les Baptistes et d’autres ne marquaient pas du tout la fête de Noël. En 1871 par exemple, le célèbre prédicateur baptiste, Charles Spurgeon, dit dans son sermon du 24 décembre: «Nous n’avons pas d’égard superstitieux pour les temps et les saisons… nous ne trouvons aucune justification dans les Écritures pour l’observance de l’anniversaire de naissance du Sauveur; et, par conséquent, cette observance n’est qu’une superstition, n’ayant pas été autorisée par Dieu.»

Si nous voulons respecter réellement l’autorité de la Bible et nous garder d’introduire dans l’adoration de Dieu les traditions humaines et les pratiques qui ne viennent pas de Dieu, cette question est déjà réglée. Aucun passage biblique ne soutient l’observance de la fête de Noël dans les Églises. Ceux qui veulent parler là où la Bible parle et se taire là où la Bible se taît ne peuvent donc pas recommander une telle observance.

Il reste, cependant, d’autres points qu’il vaut la peine de traiter.

Le 25 décembre, n’est-ce pas quand même l’anniversaire du Seigneur?

Nous avons déjà établi que la fête de Noël remonte seulement jusqu’au milieu du quatrième siècle. Étant donné que personne ne connaissait la vraie date de naissance de Jésus, les hommes ont, bien sûr, eu l’idée de célébrer sa naissance avant de fixer le jour de la fête. Pour certains c’était le 20 mai. Pour d’autres, c’était le 6 avril. D’autres encore avançaient le mois de septembre. On pencha quelque temps pour le 6 janvier. On finit par se mettre d’accord sur le 25 décembre. Il y a une quasi-unanimité sur le point suivant:

«Cette date est entièrement conventionnelle, et n’a rien d’un ‘anniversaire’. Elle aurait été fixée pour coïncider avec la fête romaine du Sol Invictus (soleil invaincu), célébrée à cette date à l’instar de la naissance du dieu Mithra, né un 25 décembre; le choix de cette fête permettait une assimilation de la venue du Christ – “Soleil de justice ” – à la remontée du soleil après le solstice d’hiver. L’Église a fixé la célébration de Noël au moment de la fête païenne du solstice d’hiver.» (Wikipedia).

Selon une publication catholique en anglais (The New Question Box), «Il est apparemment gênant pour certaines personnes que la date de Noël trouve ses origines dans une fête païenne. Quoi qu’il en soit, c’est la meilleure explication que nous avons pour le choix du 25 décembre comme jour de célébration de la naissance de Jésus» (p. 28,29).

Beaucoup ont fait la remarque que même si nous ne pouvons pas savoir exactement quel jour Jésus est né, nous pouvons être assez certains qu’il n’est PAS né en décembre, au beau milieu de la saison pluvieuse en Palestine. En effet, le seul indice biblique de la période de l’année où le Seigneur est né nous dit, en Luc 2.8: «Il y avait, dans cette même contrée, des bergers qui passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leurs troupeaux.» Or, il est bien connu que les bergers dans ces zones ne passent pas les nuits avec les troupeaux dans les champs pendant les mois de mauvais temps, qui ne prennent fin qu’en mars.

Quelle est l’origine des diverses traditions associées à la Noël?

Mais ce n’est pas seulement la date où l’on observe Noël qui doit son origine à des fêtes païennes. De très nombreuses coutumes associées à Noël remontent à des pratiques pré-chrétiennes chez les Romains, les Celtes, les Vikings, les Norvégiens et bien d’autres peuples païens. Adopter et adapter les coutumes des païens était une politique consciente de l’Église Catholique. Un exemple parmi plusieurs se trouve dans une lettre adressée par le Pape Grégoire à l’abbé Mellitus en Grande Bretagne vers l’an 606:

«Il ne faut en aucun cas détruire les temples des idoles du peuple. On peut détruire les idoles elles-mêmes, mais il faut asperger les temples d’eau bénite, y dresser des autels et déposer des reliques… De cette façon, nous espérons que le peuple, en voyant que leurs temples ne sont pas détruits, abandonnera son erreur, se rassemblant plus facilement dans leurs lieux habituels, et parviendra à connaître et adorer le vrai Dieu. Et puisqu’ils ont la coutume de sacrifier des bœufs aux démons, qu’on y substitue quelque autre cérémonie, telle qu’une fête à l’honneur des saints martyrs dont on y aurait déposé les reliques.»

Cette approche semble tout le contraire de l’attitude que Dieu recommanda aux Israélites qui entraient dans le pays de Canaan au temps de Moïse: «Vous détruirez tous les lieux où les nations que vous allez chasser servent leurs dieux, sur les hautes montagnes, sur les collines, et sous tout arbre vert» (Deutéronome 12.2). Certes, la situation des Israélites qui prenaient possession d’un pays par la force militaire n’est pas la même que celle de l’Église qui cherche à convertir des populations par la prédication de l’évangile de Christ. La leçon à tirer de l’exemple des Israélites, c’est qu’une rupture totale d’avec la religion païenne est nécessaire. Aucun mélange des anciennes pratiques et la nouvelle foi n’est souhaitable. Plus loin dans le même chapitre, Dieu dit au sujet des nations païennes de Canaan: «garde-toi de te laisser prendre au piège en les imitant, après qu’elles auront été détruites de devant toi. Garde-toi de t’informer de leurs dieux et de dire: Comment ces nations servaient-elles leurs dieux? Moi aussi, je veux faire de même. Tu n’agiras pas ainsi à l’égard de l’Éternel, ton Dieu; car elles servaient leurs dieux en faisant toutes les abominations qui sont odieuses à l’Éternel… Vous observerez et vous mettrez en pratique toutes les choses que je vous ordonne; vous n’y ajouterez rien, et vous n’en retrancherez rien» (Deutéronome 12.30-32). Encore nous voyons le même principe: Dieu, dans sa parole, fournit aux hommes toutes les instructions nécessaires pour le servir de façon acceptable à ses yeux. Il n’y a pas besoin de rechercher auprès des autres religions des pratiques et des ordonnances pour compléter ce que Jésus et ses apôtres nous ont laissé dans le Nouveau Testament. Au lieu d’enrichir la vraie religion, nous risquerions de rendre notre culte inutile.

Une question de choix personnel?

Certains chrétiens se disent que la question des jours saints relève du domaine de la liberté personnelle. Après tout, l’apôtre Paul n’a-t-il pas écrit en Romains 14.5: «Tel fait une distinction entre les jours; tel autre les estime tous égaux. Que chacun ait en son esprit une pleine conviction»?

Si nous ne plaçons pas ce verset dans son contexte, nous risquons de semer de la confusion. En effet, tous les jours ne sont pas pareils si un jour de la semaine est désigné comme «le jour du Seigneur» (Apocalypse 1.10). Tous les jours ne sont pas identiques pour le chrétien si un jour est précisé pour certains actes d’adoration: «Pour ce qui concerne la collecte en faveur des saints… que chacun de vous, le premier jour de la semaine, mette à part…» (1 Corinthiens 16.1,2); «Le premier jour de la semaine, nous étions réunis pour rompre le pain» (Actes 20.7).  On peut ajouter que Paul ne semble pas considérer l’observance des jours saints comme un sujet d’indifférence quand il écrit aux Galates: «Vous observez les jours, les mois, les temps et les années! Je crains d’avoir inutilement travaillé pour vous» (Galates 4.10,11).

Un regard attentif au contexte de Romains 14 révèle que Paul ne parle ni des fêtes «chrétiennes» telles que Noël et Pâques (qui n’existaient même pas à son époque), ni de dimanche comme jour d’adoration des chrétiens, ni de fête quelconque qui serait célébrée de façon collective dans les assemblées. Le scénario le plus probable est que certains chrétiens d’origine juive continuaient d’observer dans leurs vies privées certains aspects de la loi mosaïque, bien qu’ils aient été dégagés de cette loi. (L’apôtre Pierre, par exemple, n’avait rien mangé «d’impur» plusieurs années après que la loi qui imposait ces restrictions alimentaires avait été clouée à la croix de Christ – Actes 10.14; Colossiens 2.14-17.) Un chrétien qui comprenait qu’il n’avait plus besoin de se conformer aux lois alimentaires ou de rester à la maison le jour du sabbat, ne devait pas mépriser son frère ou l’influencer à violer sa conscience. Et le chrétien juif qui continuait de garder de tels préceptes ne devait pas juger son frère qui, conformément à l’évangile, les avait mis de côté.

Si ce chapitre s’applique à la question de Noël, ce n’est pas dans le sens d’autoriser l’introduction de fêtes religieuses dans la vie de l’Église selon la fantaisie des hommes, sans qu’elles soient autorisées par la parole de Dieu. C’est plutôt dans ce sens: si un chrétien, à son propre niveau personnel, choisit consacrer un jour pour se rappeler et marquer d’une manière particulière la naissance de Christ (ou tout autre événement biblique), il peut bien le faire; les autres n’ont pas besoin de le juger. Mais qu’il se garde d’imposer aux autres ce qui n’est qu’un principe personnel que Dieu n’a nulle part recommandé aux hommes.

De nombreux chrétiens traitent Noël comme une fête familiale ou nationale. Ils profitent du jour de repos offert par leurs employeurs pour se retrouver en famille ou avec des amis. Ils mangent un bon repas et échangent des cadeaux. Ils participent à certaines activités de la saison, comme font de nombreuses personnes qui ne sont pas du tout religieuses. Ils ont le droit de faire ainsi s’ils le veulent, sans être jugés. Mais ils n’enseignent pas à leurs enfants que tout cela est pour l’anniversaire de Jésus, et ils n’introduisent pas dans leurs assemblées une fête qui n’a tout simplement rien à voir avec la volonté de Dieu pour son peuple.

B.B.

(dans Vol. 12, No. 1)