L’Église devrait-elle imposer le célibat?

Nous savons tous que dans le Catholicisme, les prêtres, les évêques, les cardinaux, les moines et les religieuses font un vœu de célibat – ils doivent promettre de ne pas se marier. Selon le Catéchisme de l’Église Catholique, «Tous les ministres de l’Église… sont normalement choisis parmi les hommes croyants qui vivent en célibataires et qui ont la volonté de garder le célibat «en vue du Royaume des cieux» (Mt 19, 12). Appelés à se consacrer sans partage au Seigneur et à ‘ses affaires’, ils se donnent tout entiers à Dieu et aux hommes… Celui qui a reçu le sacrement de l’Ordre ne peut plus se marier» (¶1579, 1580).

D’une perspective humaine, une telle règle a, certes, des avantages (ainsi que des inconvénients). Mais ce qui importe est de savoir si cette règle est un commandement de Dieu ou des hommes. Selon Jésus, on adore Dieu en vain quand on suit les commandements des hommes (Matthieu 15.9). Il reprocha les scribes et les pharisiens de son jour en disant: «Il lient des fardeaux pesants, et les mettent sur les épaules des hommes» (Matthieu 23.4).  Pour savoir ce que Dieu ordonne réellement, il faut nous référer à la parole de Dieu lui-même, la Bible.

D’une part, le Nouveau Testament reconnaît que le célibataire a certains avantages en ce qui concerne l’œuvre de Dieu, surtout en temps de persécution, à cause des charges et soucis associés à une famille (1 Corinthiens  7.29-35). D’ailleurs, plusieurs des héros de la parole de Dieu, y compris le prophète Jérémie, l’apôtre Paul, Barnabas, et
bien sûr, Jésus-Christ lui-même, étaient célibataires. Mais il est très clair que la Bible n’impose pas le célibat à tous ceux qui voudraient se consacrer de manière spéciale au service de Dieu. Considérez les passages suivants:

1 Timothée 4.1-3: «Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteurs, portant la marque de la flétrissure dans leurs propre conscience, prescrivant de ne pas se marier»

1 Corinthiens 9.5: «N’avons-nous [Paul et Barnabas] pas le droit de mener avec nous une sœur qui soit notre femme, comme font les autres apôtres, et les frères du Seigneur, et Céphas?»

1 Timothée 3.2,4,5: «Il faut donc que l’évêque soit irréprochable, mari d’une seule femme… Il faut qu’il dirige bien sa propre maison, et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté; car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’Église de Dieu?»

1 Timothée 3.12: «Les diacres doivent être maris d’une seule femme, et diriger bien leurs enfants et leurs propres maisons.»

Il est évident que le commandement de ne pas se marier n’est pas de Dieu et que les apôtres (qui étaient certainement consacrés pleinement au service de Dieu) avaient le droit de se marier, mais aussi qu’il était nécessaire d’être marié afin de pouvoir assumer la responsabilité d’évêque (appelé aussi pasteur ou ancien) et de diacre. Il est malheureux de voir aujourd’hui de nombreux cas d’abus sexuel de la part de prêtres catholiques, mais on ne peut s’empêcher de se demander s’ils auraient réussi à éviter ces péchés si l’Église leur avait permis de se marier, comme la Bible l’enseigne, et de satisfaire ainsi aux désirs sexuels de manière légitime avec leurs épouses.

B.B.

(Dans Vol. 13 No. 5)