Les titres religieux

Les titres religieux

Nombreux sont les titres que les hommes portent dans la religion. Selon la dénomination on peut trouver “père,” “pasteur,” “devancier,” “président”, “apôtre,” “diacre,” “président de la jeunesse”, “évangéliste suprême”, “monseigneur” et bien d’autres. Pour celui qui veut suivre la Bible ces titres posent au moins trois sortes de problèmes:
1) il s’agit souvent de titres et de rôles qui ne sont pas autorisés par la Parole de Dieu;
2) quand il s’agit de titres ou de rôles bibliques, beaucoup de ceux à qui l’on donne les titres de nos jours n’ont pas les qualifications exigées par la Bible;
3) ces titres sont généralement employés en violation de l’enseignement de Jésus en Matthieu 23 au sujet des honneurs. 
I. La question de l’autorité biblique

Quand Jésus avait chassé ceux qui faisaient du commerce dans le temple de Dieu à Jérusalem, les responsables juifs vinrent à lui “et lui dirent: Par quelle autorité fais-tu ces choses, et qui t’a donné l’autorité de les faire? Jésus leur répondit: Je vous adresserai aussi une question; répondezmoi, et je vous dirai par quelle autorité je fais ces choses. Le baptême de Jean venait-il du ciel, ou des hommes?” (Marc 11.28-30) Bien que les chefs juifs soient des hypocrites, leur question était valable. On devrait évaluer tout acte dans la religion pour savoir par quelle autorité il est fait. La réponse de Jésus identifie les seules réponses possibles à la question: Dieu ou les hommes. Tout acte, toute pratique, tout enseignement dans la religion sont autorisés soit par Dieu soit par des hommes.
Ce qui est basé sur des commandements humains rend notre adoration vaine. Dieu dit par le prophète Esaïe “C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sontdes commandements d’hommes.” (Matthieu 15.9). Voilà pourquoi Dieu nous a donné tant d’avertissements concernant le danger d’aller plus loin que ce qui est enseigné dans les Ecritures. “Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n’a point Dieu.” (II Jean 9). “J’ai fait de ces choses une application à ma personne et à celle d’Appolos afin que vous appreniez en nos personnes à ne pas aller au-delà de ce qui est écrit” (I Corinthiens 4.6). “Vous n’ajouterez rien à ce que je vous prescris, et vous n’en retrancherez rien. Mais vous observerez les commandements de l’Eternel, votre Dieu, tels que je vous les prescris.” (Deutéronome 4.2).
A l’exception des termes, “pasteur,” “diacre”, et “apôtre”, tous les titres que nous avons mentionnés plus haut sont étrangers à la Bible. Quelques-uns désignent des postes qui donnent aux hommes de l’autorité sur plusieurs assemblées locales de l’Eglise. Cela est contraire à l’autonomie des assemblées enseignée dans le Nouveau Testament. Jésus est le seul chef sur toute l’Eglise (Ephésiens 1.22; 5.23). Il a délégué de l’autorité aux anciens en ce qui concerne les affaires de leurs assemblées locales respectives. Il n’y a pas de position intermédiaire, pas de poste qui supervise plusieurs Eglises. C’est Jésus qui a dit:“Je bâtirai mon Eglise” (Matthieu16.18) et c’est lui qui a donc déterminé l’organisation de cette Eglise. Nous n’avons pas le droit de modifier cette organisation à notre goût.
II. La question des qualifications
Pour ce qui concerne les positions de responsabilité dans l’Eglise qui sont nommées dans la Bible, le Seigneur a défini les qualifications qu’il faut posséder pour remplir ces positions. Beaucoup de ceux qui portent les titres aujourd’hui ne possèdent pas les qualifications requises par l’Ecriture.
Prenons, par exemple, le rôle d’ancien. (Il faudrait noter en passant que la Bible emploient les termes “anciens”, “évêques”, et “pasteurs”, pour parler du même groupe d’hommes. En Actes 20.17 il est dit que “Paul envoya chercher à Ephèse les anciens de l’Eglise.”Lorsqu’ils furent arrivés Paul leur adressa le discours qui est contenu dans les versets 18 à 35 du même chapitre. Au cours de ce discours aux anciens, Paul leur dit au verset 28: “Prenez donc garde à vous-même et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Eglise du Seigneur.” Les anciens étaient des évêques et devaient faire le travail de pasteurs.) Paul écrivit à Timothée (I Tim. 3.1-7) et à Tite (Tite 1.5-9) les critères auxquelles un homme devait satisfaire pour devenir ancien (évêque ou pasteur). Rien n’est dit au sujet de diplômes, de séminaires ou d’écoles de théologie. Il est vrai que l’évêque doit être “propre à l’enseignement” et “attaché à la vraie parole telle qu’elle a été enseignée, afin d’être capable d’exhorter selon la saine doctrine et de réfuter les contradicteurs.” Mais il doit aussi être un exemple pour les fidèles dans son caractère et sa vie chrétienne. Il doit être hospitalier, modéré, juste, désintéressé. Il ne doit être ni adonné au vin, ni violent, ni arrogant. En plus, il doit être marié. “Il faut que l’évêque soit…mari d’une seule femme.” (I Timothée 3.2). Il faut aussi que l’ancien ou le pasteur ait des enfants fidèles, ce qui implique qu’ils sont assez âgés pour être chrétiens (Tite 1.6). La raison pour cette exigence est apparemment que le foyer sert de terrain d’apprentissage pour l’ancien.“Il faut qu’il dirige bien sa propre maison, et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté; car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’Eglise de Dieu?” (I Timothée 3.4,5)
Evidemment, beaucoup de ceux qui portent le titre d’évêque sont célibataires. Beaucoup de ceux qu’on appelle “pasteur” n’ont pas d’enfants croyants. Soit ils n’ont pas encore d’enfants, soit leurs enfants ne sont pas encore assez âgés pour obéir à l’évangile.
Un homme qui est sans enfants ou qui est célibataire peut certainement prêcher l’évangile. Paul se disait prédicateur et il n’avait pas de femme, mais il ne s’est jamais appelé ancien, pasteur ou évêque. Attribuer ces titres à ceux qui ne sont pas qualifiés c’est mal employer le vocabulaire de la Bible et ne pas se soumettre à son enseignement.
Quant au titre d’apôtre, Actes 1.15-26 enseigne que les apôtres étaient choisis, par le Seigneur, parmi ceux qui avaient été avec Jésus de son vivant et qui étaient témoins oculaires de sa résurrection. Même Paul remplit cette qualification. Il demande en I Corinthiens 9.1 “Ne suis-je pas apôtre? N’ai-je pas vu Jésus notre Seigneur?” Les apôtres étaient essentiellement des témoins. Or un témoin n’a pas de successeur. Il ne suffit pas de se dire apôtre pour l’être. Jésus félicita l’Eglise d’Ephèse en disant: “tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres et qui ne le sont pas, et …tu les as trouvés menteurs.” (Apocalypse 2.2).
III. La question des honneurs
Enfin, il y a le problème posé par l’enseignement de Jésus en Matthieu 23. Il est vrai que la Bible nous encourage à garder un certain respect pour ceux qui conduisent l’Eglise spirituellement et qui nous enseignent la Parole de Dieu. I Thessaloniciens 5.12,13 dit:“Nous vous prions, frères d’avoir de la considération pour ceux qui travaillent parmi vous, qui vous dirigent dans le Seigneur, et qui vous exhortent. Ayez pour eux beaucoup d’affection, à cause de leur oeuvre.” Hébreux 13.17 ajoute: “Obéissez à vos conducteurs et ayez pour eux de la déférence, car ils veillent sur vos âmes comme devant en rendrecompte.” Et en I Timothée 5.17 nous lisons: “Que les anciens qui dirigent bien soient jugés dignes d’un double honneur, surtout ceux qui travaillent à la prédication et à l’enseignement.” Il est normal que les chrétiens aient un respect particulier pour ceux qui les conduisent et enseignent dans l’Eglise. Il y a, pourtant, des honneurs que Jésus nous dit de ni rechercher ni accepter.
En Matthieu 23, Jésus condamne et met en garde contre plusieurs fautes de la secte des Pharisiens de son temps. Les versets 5 à 12 parlent spécialement de leur amour de la gloire des hommes et de leur habitude de se faire honorer et distinguer par rapport aux autres. Ses remarques sont très à propos pour les dirigeants religieux de nos jours aussi.
Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes. Ainsi, ils portent de larges phylactères, et ils ont de longues franges à leurs vêtements; ils aiment la première place dans les festins, et les premiers sièges dans les synagogues; ils aiment à être salués dans les places publiques, et à être appelés par les hommes Rabbi, Rabbi. Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères. Et n’appelez personne sur la terre votre père, car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux.. Ne vous faites pas appeler directeur; car un seul est votre Directeur, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Quiconque s’élevera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé.”
En citant les Pharisiens comme un mauvais exemple, Jésus nous enseigne ici de nous méfier du désir de nous distinguer de nos frères et de recevoir des honneurs de la part des hommes. Les Pharisiens se distinguaient dans leur habillement en portant de larges phylactères (petites boîtes contenant des versets bibliques et portés sur le front) et de longues franges à leurs vêtements. Beaucoup de chefs religieux de nos jours se distinguent soit par une soutane soit par un col blanc renversé. Les Pharisiens aimaient les salutations respectueuses en public. Certains chefs religieux de nos jours apprennent aux gens de les saluer de manière particulière, parfois en baisant une bague, parfois même en se prosternant. Les Pharisiens aimaient les titres d’honneurs, tels que Rabbi. Les hommes d’aujourd’hui ont le même amour des titres honorifiques. Ils se donnent des titres tels que Révérend, Eminence ou Monseigneur. Même la description biblique, pasteur, est changé par certains en titre d’honneur à employer dans les salutations. On apprend aux fidèles et même aux non-croyants à saluer en disant, “Bonjour, Mon Pasteur” ou “je vous présente Monsieur le Pasteur.”
Jésus nous enseigne de ne pas créer une classe plus élévée dans l’Eglise, comme les Rabbis. Il dit “car vous êtes tous frères.” Dans beaucoup de religions on crée une distinction très nette entre “le clergé” – les responsables dans la religion, et “les laïques” – le peuple. Cette distinction n’existait pas dans l’Eglise au temps des apôtres, et ne devrait donc pas exister de nos jours. Tous les chrétiens font partie du sacerdoce et sont donc prêtres (I Pierre 2.9) et nous sommes tous frères.
Jésus nous dit clairement qu’il y a des honneurs et des titres qui ne nous appartiennent pas et que nous ne devons ni accorder aux hommes ni accepter de leur part. “Ne vous faites pas appeler Rabbi…N’appelez personne sur la terre votre père…Ne vous faites pas appeler directeurs.” Dans le livre des Actes nous voyons un exemple positif et un exemple négatif en ce qui concerne les honneurs. Au chapitre 12.20-23 le roi Hérode Agrippa I est frappé par Dieu et il meurt. Pourquoi? Parce que lorsque le peuple acclamait son discours en disant “Voix d’un dieu et non d’un homme” il ne l’a pas repris. Il n’a pas corrigé le peuple mais accepta par son silence qu’on lui accorde un honneur qui ne lui revenait pas. Au chapitre 10.24-26 l’apôtre Pierre va chez un non- Juif nommé Corneille pour lui prêcher l’évangile. “Lorsque Pierre entra, Corneille, qui était allé au-devant de lui, tomba à ses pieds et se prosterna. Mais Pierre le releva, en disant, “Lève-toi; moi aussi, je suis un homme.”
Témoigner du respect pour ceux qui nous enseignent la Parole ou qui conduisent l’Eglise, c’est selon la volonté de Dieu. Etablir une classe distincte au sein de l’Eglise, se faire désigner par des titres d’honneur et accepter des honneurs auxquels nous n’avons pas droit, c’est violer la Parole.
Faisons seulement ce que la Bible nous autorise de faire. Employons le vocabulaire biblique de la manière que la Bible l’emploie. Gardons-nous du désir de nous faire honorer par les hommes. “Quiconque s’élevera sera abaissé, et quiconque s’abaisse sera élevé.”
B.B.

(dans Vol. 3, No. 2)